Littera Ex-Machina à Porrentruy (20.03.2014)

Je voudrais pas crever ce soir avant d’avoir vu le fond de le mer, de l’univers. Le ciel dans tes yeux, les dents du fou. Le singe dans le désert. Je vous, je vous laid, laids vous êtes, comme la tombée du sel dans l’océan. Je voudrais pas crever, pas diriger, pas cimenter les idées des tombes. Je voudrais pas crever avant d’avoir vu, d’avoir su. Les nuées blêmes d’insectes qui tapissent les forents de l’équateurs. Qui viennent picorer le sang de ceux qui ont chud. Je voudrais pas mourir ce soir, je voudrais frémer dans les sous-bois, la nuit, le froid, la morsure. Je veux appréhender l’océan, le bleu, les atlantiques. Je ne voudrais pas crever pour sous, pour des millions, des cetaines de bêtes, des testes surintes, desames e pein, des réverbères dans le brouillard. Des stettes désuètes, au milieu desanima, despensée, des effluves bleues, des courants mrins. Des sols tudes. Du sim dans la tempête, des fou, fou, foubidou. Des pisses solares, des scolastiques amiantées. La vase du dedans. La note sous. La pradilexie. Le spore. La frille. La taille. La trouille. Je veux pas crever ce soir.  

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s