L’indicible

J’ai récemment réalisé que je n’écrivais pas par connivence avec l’indicible. J’ai la conviction que les mots ne suffisent pas à exprimer émotions et pensées. Ecrire est une recherche qui débouche sur des options, jamais une solution.

La gageure : mettre des mots sur des concepts ou des situations, choisir la simplicité alors que le biologique ou le social (ou leur souvenir) sont éminemment complexes. On pourrait passer des livres entiers à décrire une seconde. Un regard dans un café: le pull rouge de la femme qui attend, son brushing, ses ongles vernis. Le miroir en fond de salle, l’origine du trou dans le plancher, le vieux porte-manteau qui craque et que personne n’a utilisé pendant vingt-trois ans.

Il en va de même pour une idée. Un texte qui serait au plus proche de ma pensée serait déstructuré, copié-collé tel du cut-up à la Burroughs. Surréalisme en barre qui, comme le dit le manifeste du même nom, retranscrit le rêve et ses incohérences. En une seconde j’ai en tête un amas de tableaux, une valse de mots. Mon cerveau, s’il était seul ou sans possibilité de communiquer, refuserait d’y donner sens.

La pensée qui, dans mon cas, précède un écrit est un rêve éveillé. Par fidélité pour sa narration, il me faut en assumer le désordre et le non-sens. C’est le meilleur moyen de laisser vivre une histoire ou un sentiment. Laisser mes yeux se révulser et regarder mon cerveau afficher ses scénographies. Si je désire être lu, il faudra cependant me contraindre à tout remettre en ordre, pour le lecteur. L’écriture n’est pas une lecture masturbatoire de ma propre psyché. C’est l’oxymore de l’auteur: satisfaction frustrée de retranscrire au mieux ce qui m’habite.

L’exercice de la poésie est différent, en ce sens qu’il s’autorise la superposition. Ma pensée en désordre peut s’affirmer dans des mots eux-mêmes désordonnés, qui apporteront au lecteur un sens encore différent de ma pensée originelle. Et c’est tant mieux. Le sens figé perd toute valeur lyrique. On ne fait pas de la poésie avec des certitudes, mais avec une pointe de confusion.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s